Warning: A non-numeric value encountered in /homepages/1/d289565450/htdocs/cosmeticofficine/wp-content/themes/Divi/functions.php on line 5841
FORMES ANHYDRES ET AQUEUSES

En cosmétologie, il y a des formes anhydres et aqueuses, monophasiques.

 

ANHYDRES
  • Sticks

Un stick prend souvent la forme d’un bâtonnet. Ses composants le rendent rigide au toucher. Cette forme non friable est surtout utilisée pour la protection et les soins labiaux.

Composition : la base est appelée corps blanc ou corps cireux. Ce corps est constitué de cires et d’huiles hydrogénées, assurant la dureté du stick et sa brillance, auxquelles viennent s’ajouter des substances grasses liquides pour le glissant, la douceur et l’adhérence.


  • Baumes

Ce sont des pommades anhydres. On les utilise sur les lèvres, tout comme les sticks, mais aussi au niveau du contour des yeux où l’épiderme est très fin. Ils sont moins durs et plus liquides que les sticks. On les applique avec les doigts, contrairement aux sticks qui entrent directement en contact avec la peau.

Composition : principalement des cires et des huiles surgraissantes aux fonctions anti-déshydratantes. On les retrouve souvent dans des conditionnements de faible contenance car il n’y a pas de conservateurs.

En cosmétologie masculine on trouve des produits après-rasage appelés, à tord, baumes qui sont des émulsions de consistance très fluide.


  • Poudres

La forme galénique « poudre » est représentée par un mélange de plusieurs poudres, elle se différencie des autres formes galéniques par son aspect pulvérulent. Sur le visage, les poudres sont surtout utilisées pour leurs effets matifiant et teintant en tant que produit de maquillage.

Composition : fractionnement d’un solide en particules plus ou moins grossières (talc, kaolin, stéarate de magnésium, silice colloïdale, dioxyde de titane, amidon, etc.). Si ce mélange n’est pas additionné d’adjuvant on dit qu’il est simple. Si, au contraire, des liants sont présents dans le mélange, la poudre est alors compacte. Entre les différentes particules de poudre se trouvent des espaces qui vont être comblés par l’air. Les micro-organismes peuvent donc être présents, ils proliféreront au contact d’un milieu aqueux. On retrouve souvent des conservateurs dans la formulation.


  • Huiles

Les huiles sont utilisées pour hydrater, faire briller, parfumer et protéger du soleil. Elles s’étalent très aisément, c’est un produit de confort. Leur extrême fluidité forme un film très mince à la surface de la peau lors de l’application, elles sont donc peu protectrices.

Composition : une ou plusieurs huiles miscibles entre elles formant une phase homogène liquide. Elles se composent souvent d’un mélange à part égale d’une huile végétale, d’un produit minéral et d’un ester gras synthétique. Des antioxydants sont introduits dans la formulation pour protéger les huiles végétales du phénomène de rancissement.


  • Pommades

Les pommades sont des préparations semi-solides formées d’une base monophasique dans laquelle sont dispersées des substances liquides ou solides. Les pommades sont plus épaisses que les crèmes, leur application est moins agréable. Elles sont très peu utilisées en cosmétologie, on les trouve plutôt dans le domaine thérapeutique.

 

AQUEUSES
  • Lotions

Les lotions sont des solutions aqueuses ou hydro-alcooliques monophasiques. Elles sont rafraîchissantes et très employées notamment chez l’homme en tant que produits avant et après rasage. L’eau étant prédominante dans la formulation, dès l’application du cosmétique elle va s’évaporer et donc ne laisser aucune trace apparente sur le visage. Concernant l’hygiène du visage, on trouve des lotions faciales, toniques et florales, ainsi que des lotions démaquillantes.

N.B. : le terme « lotion » en anglais est utilisé pour désigner une émulsion fluide (lait). Des confusions sur la composition des produits cosmétiques sont donc alors observées. 

Composition : constituants liquides aqueux et alcooliques miscibles entre eux. De part sa nature aqueuse, la lotion non hydro-alcoolique est propice aux contaminations microbiennes, l’ajout de conservateurs est indispensable.


  • Gels

Les gels sont dérivés des solutions colloïdales : dispersion de macromolécules ou de micelles (amas de petites molécules de tensioactifs) dans un solvant. Un gel est formé d’une structure tridimensionnelle. Les macromolécules, en s’accrochant entre elles, créent un maillage qui piège le solvant, la solution s’épaissit. Ceci grâce à l’ajout dans la formulation de composés dits gélifiants.

Il existe des gels aqueux appelés hydrogels et des gels lipophiles, les oléogels. Les premiers, souvent transparents, sont les plus utilisés en cosmétologie, d’où leur classement dans la catégorie « forme aqueuse ». Le gel forme un film à la surface cutanée, son étalement est agréable et facilité mais la pénétration des molécules actives en pâtit. Pour pallier ce phénomène des composés promoteurs d’absorption, notamment l’alcool éthylique, sont ajoutés à la formulation pour favoriser leur absorption. Les gels seront alors hydro-alcooliques.

En cosmétologie, ils sont employés comme démaquillants, masques, produits de gommage, produits de pré-rasage, etc.  

Composition : ils sont principalement constitués d’eau, les conservateurs sont donc présents dans la formulation. Le gel se forme grâce à des gélifiants.

Pour échapper à la déshydratation cutanée provoquée lors de l’utilisation des gels hydro-alcooliques, des substances grasses peuvent être insérées. Après l’évaporation des substances aqueuses, elles forment un film gras à la surface cutanée évitant l’échappement de l’eau intra-dermique. La fraîcheur du gel, sa transparence, ses qualités d’étalement peuvent être conservées et ses défauts de déshydratation sont contournés.


  • Solutions micellaires

Composition : dispersions de micelles dans un solvant. En cosmétologie on a souvent un solvant aqueux prédominant, puis des substances hydrophobes en petite quantité solubilisées dans le milieu hydrophile grâce à des surfactifs. Les tensioactifs ampiphiles ont une tête hydrophile liée au solvant et une tête hydrophobe en contact avec les substances grasses. A partir d’une certaine concentration, appelée concentration micellaire critique, les molécules de surfactifs vont se regrouper pour former une structure de forme et de taille variées. Elles sont souvent schématisées par une sphère : à la surface se trouvent les composants aqueux et au centre les substrats lipophiles.

Ces solutions sont limpides et stables. Ce sont des produits d’hygiène du visage qui sont très « tendances » actuellement.