Warning: A non-numeric value encountered in /homepages/1/d289565450/htdocs/cosmeticofficine/wp-content/themes/Divi/functions.php on line 5841
LA SURFACE CUTANÉE

La surface cutanée est recouverte d’un film hydrolipidique (FHL) et d’une flore microbienne. Elle n’est pas uniforme et lisse. Elle est percée d’orifices pilosébacés par lesquels s’extériorisent les poils, puis se déversent le sébum et la sécrétion apocrine. Des pores s’ouvrent également sur l’environnement afin d’extérioriser la sueur produite par les glandes sudorales eccrines.

Par ailleurs, on remarque des zones dépressionnaires sur la peau. Le RmD (Réseau microdépressionnaire de surface) est en partie responsable de ces dépressions. Il creuse des sillons à la surface de l’épiderme lui confèrant un aspect de mosaïque lorsqu’il est observé au microscope. Le RmD augmente la surface de la peau et favorise l’étirement épidermique.


  • Le pH cutané

Le pH de la surface cutanée est acide, il se situe généralement entre 4 et 7. Cette acidité limite la multiplication des germes pathogènes tout en préservant le développement de la flore résidente. Plusieurs éléments sont responsables de l’acidité de ce pH :

– les acides gras libres qui composent le sébum.

– la dégradation de la filaggrine, initialement contenue dans les granules de kératohyalline, par des hydrolases épidermiques va générer la formation de plusieurs acides responsables également de la valeur du pH cutané : l’acide urocanique, l’acide pyrrolidone carboxylique, l’acide lactique, etc.

– la sueur peut modifier le pH de la peau car entrent dans sa composition quelques substances acides : l’acide lactique, l’acide undécylénique et l’acide urocanique.

La peau dispose d’un pourvoir tampon qui permet de rétablir rapidement le pH physiologique en cas d’agressions extérieures.


  • La microbiologie de la surface cutanée

La surface cutanée est colonisée en permanence par des microorganismes qui forment la flore résidante. Cette flore se loge dans différents endroits :

– les sillons du RmD.

– la couche desquamante qui renferme des espaces libres.

– les infundibula pilaires représentent la localisation préférée des microorganismes. Ils offrent un abri, une température optimale, une humidité permanente et des nutriments provenant de la sueur et du sébum. C’est pour cela qu’on retrouvera ces microorganismes en plus forte concentration dans les régions riches en follicules pilo-sébacés.

La flore résidante est composée de levures, de staphylocoques, de Corynebacterium et de Propionibacterium. On la compare à la flore transitoire qui est pathogène et va se développer lors d’un déséquilibre de la flore résidente. Les principaux agents qui la composent sont des staphylocoques dorés, des streptocoques et des levures.


  • Le film hydrolipidique de surface

Le film hydrolipidique se situe à la surface de la peau. C’est une émulsion hydrophile/lipophile. L’eau provient de l’excrétion sudorale et les lipides émanent de la sécrétion des glandes sébacées et de lipides issus des corps d’Oddland qui participent à la cohésion des cornéocytes.

Ce film joue principalement un rôle dans le maintien du pH cutané. Il participe minimalement à la fonction barrière de l’épiderme. Il a également un rôle esthétique. Sa composition lipidique peut, si elle est en excès, donner à la peau un aspect luisant et huileux disgracieux. Il permet, enfin, de maintenir la souplesse de la peau.